Et si Bruxelles pouvait sauver la balance commerciale?

Article La Tribune

 

Les députés s'en remettent à l'Europe pour que leurs propositions en faveur de l'export soient efficaces.

 

Bruxelles aurait la clé. En conclusion d'un rapport intitulé « Les faiblesses et défis du commerce extérieur français » dévoilé ce mercredi, la Commission des affaires étrangères de l'Assemblée nationale s'en remet à l'Europe pour que les mesures proposées soient efficaces. « Ces solutions ne pourront fonctionner que dans la mesure où le commerce mondial est régi par des règles identiques pour tous les acteurs. Dans ce domaine, c'est à l'Union européenne, seule compétente pour définir la politique commerciale, de prendre en compte les préoccupations de nos entreprises, et de faire appliquer le principe de réciprocité dans l'accès aux marchés, notamment les appels d'offre publics, pour les entreprises européennes à l'extérieur de nos frontières », explique le rapport.

La commission propose onze mesures pour redresser le commerce extérieur, dans le rouge depuis 2003. Le déficit commercial tricolore affichera un nouveau record cette année, proche de 75 milliards d'euros. Elles reprennent l'essentiel des mesures suggérées par les économistes et les organisations patronales. Certaines portent sur la fiscalité, comme l'exonération totale d'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) des parts détenues par les membres d'une famille propriétaire et l'application d'un taux réduit de l'impôt sur les sociétés de 15 % sur la part réinvestie dans le capital de la société. Les bienfaits supposés de la TVA sociale, c'est à dire une hausse du taux de TVA compensant un allégement des charges sociales - patronales dans le cas présent - sont également avancés.

Oseo ou Coface?

On peut aussi citer la création d'agences régionales de l'export. Cette idée, déjà testée, bute sur les difficultés des instances locales (régions, réseaux consulaires...) à travailler ensemble. Attribuer la distribution de l'assurance prospection à Oseo est aussi suggéré, en lieu et place de Coface. À moins de vouloir désintégrer l'équipe de France de l'export à laquelle appartiennent la banque publique et l'assureur-crédit, l'idée ne devrait pas être retenue.

 

Fabien Piliu

© 2011 La Tribune. Tous droits réservés.

 

 

exportateur gingembre de Madagascar

Bonjour,

On peut envisager votre question mais la question qui qui est de savoir si la Bruxelles est en mesure de combler le vide ?
http://dago-agrosourcing.bio
A plus!