Autoriser le recours à la reconnaissance faciale dans le cadre des enquêtes terroristes

Dans le contexte d’alerte terroriste maximale qui accompagne la tenue de l’Euro 2016 en France, et parce que l’état d’urgence ne suffit pas pour garantir une sécurité optimale pour nos concitoyens, Marine Brenier, nouvelle député des Alpes-Maritimes a déposé une proposition de loi demandant l’autorisation du recours à la reconnaissance faciale dans le cadre des enquêtes terroristes.

Cette proposition de loi, déposée conjointement avec le sénateur Roger Karoutchi fait suite à plusieurs actions parlementaires, rejetées par la majorité.

Les attentats de Bruxelles l’ont démontré, la reconnaissance faciale peut optimiser le travail d’identification des terroristes. Mohamed Abrini, « l’homme au chapeau » a été identifié grâce à un logiciel de reconnaissance faciale développé par le FBI.

Les technologies en la matière sont de plus en plus performantes. Cette proposition de loi que je soutiens vise à permettre le couplage des photos contenues dans le fichier automatisé des empreintes digitales (FAED) et du fichier des personnes recherchées (FPR) afin de constituer une base de données fiable, qui sera ensuite reliée à un système de vidéo-protection.