Enrayer la propagation des maladies de la vigne

Les maladies du bois de la vigne sont un véritable fléau pour les viticulteurs de notre pays. Elles représentent un manque à gagner, pesant principalement sur les exportations, de l’ordre d’un milliard d’euros par an.

Tous les vignobles sont exposés même s’ils le sont de façon contrastée selon les aires de production et les types de cépages.

Dans le prolongement du rapport parlementaire que remis au Ministre de l’Agriculture en octobre 2015, Jean-Marie Sermier, député du Jura dépose une proposition de loi pour enrayer la propagation des maladies de la vigne.

Ce texte facilite l’arrachage des vignes abandonnées qui facilitent aujourd’hui la propagation des maladies ; permet à tout exploitant de demander au pépiniériste d’effectuer des tests avant livraison des plants ; renforce le rôle des GDON ; encourage la recherche notamment par un aménagement du crédit d’impôt recherche ; réorganise l’observatoire des maladies de la vigne pour le rendre plus efficace.

J’apporte mon soutien à cette proposition de loi.